Des vacances avant la saison des mariages

Après avoir construit notre maison de nos propres mains et à force de prendre uniquement un « break » de 3 à 5 jours au maximum chaque année, il était grand temps de profiter de vraies vacances.

C'est en mars 2022 que nous avons fait notre premier séjour à l’étranger de 12 jours, soit le double de ce qu’on s’est toujours permis, une première en 10 ans !

Prévu à la dernière minute (une semaine avant), Laëtitia (ma conjointe que vous découvrez dans ma page à propos) a su répertorier un maximum d’éléments pour que l’on puisse, la veille du départ et en 3-4 heures seulement, organiser l’intégralité de notre voyage et réserver nos nuitées dans les différentes villes.   

Vous découvrirez dans ce carnet de voyage tout un tas de spot pour votre mariage au portugal (ou pour un instagram aux petits oignons!)

Photographe-mariage-Porto-1

Jour 1 : Le départ au portugal

13km à pied - 80m de dénivelé

Pour partir au Portugal l’esprit tranquille, nous avons dormi à mi-chemin chez la sœur de Laëtitia qui s’est gentiment proposé de nous amener à l’aéroport le lendemain aux aurores. Après une courte nuit, peu réparatrice, nous sommes partis en direction de l’aéroport pour notre grand départ. 

À cause du Covid, nous avons été obligés de passer par le dépose-bagages pour nous identifier, ce détour nous a valu un timing très serré puisque nous sommes arrivés seulement 15 minutes avant la fermeture des portes (malgré nos 1h30 d’avance).

L’avion décolle, le trajet passe et nous arrivons finalement autour de Porto. L’avion fait un premier tour, un deuxième tour, puis il se met à réaccélérer d’un coup, bien trop longtemps pour être juste une question de positionnement. Le commandant de bord prend alors la parole pour nous indiquer que nous nous dirigeons finalement vers Lisbonne.

Photographe-mariage-Porto-2

Un clin d'oeil à mon métier de photographe, un drone survole l’espace aérien et nous empêche d’atterrir à Porto. L’aéroport tout entier est désormais fermé jusqu’à nouvel ordre! Après 40 minutes de vol supplémentaire, nous arrivons donc à Lisbonne et sommes dans l’attente d’information de la part de la tour de contrôle. Après 25 minutes, nous repartons en direction de Porto pour y atterrir avec quelque deux heures de retard.

Une fois au sol, le steward nous demande de rester à nos sièges, car la police locale doit intervenir dans l’avion. Ils doivent en effet verbaliser un voyageur qui s’est permis de fumer dans l’avion pendant le plein de kérosène lors de notre arrêt à Lisbonne. Finalement descendus, nous prenons une navette pour récupérer notre voiture de location et commencer notre séjour à la découverte du portugal.

Nous ajoutons au coût de notre location un forfait via Verde qui nous permet de passer les péages automatisés.  Sans ce forfait nous aurions été contraints d’aller au poste de police, 3 jours après les derniers péages, pour payer ces derniers ! En discutant avec l’hôtesse, on apprend que le prix de la location ne comprend pas l’assurance et qu’il va falloir pratiquement débourser le double ou prendre le risque de payer une franchise de 1400 euros pour le moindre dégât sur le véhicule.

Nous partons donc de l’agence avec notre toyota Yaris assurée, mais surtout bardée d’options d’aide à la conduite et ses alertes sonores dans tout les sens. Une prise en main assez pénible quand on doit déjà suivre les instructions du GPS tout en étant doublé de tous les côtés par des véhicules qui possèdent, eux, bien plus que nos maigres 68 ch.

Nous arrivons à l’hôtel et trouvons miraculeusement une place de parking à  quelques mètres seulement, un emplacement de choix, puisque gratuit le dimanche. Nous déposons nos affaires auprès de l’hôtesse afin de nous balader sereinement dans la ville. On commence par prendre quelques photos de la place adjacente pour continuer ensuite notre visite de la ville et ses nombreuses infrastructures. Un premier repérage dans la ville pour trouver de beaux spots pour les photographes de mariages !

Peu après nous nous arrêtons dans une petite boutique proposant une « Portugal expérience » : des Accras de morue au vin de porto, fourré au fromage. Après cette dégustation, nous avons découvert un superbe point de vue et sommes redescendus pour flâner sur les quais de la ribeira. Nous avons fait le tour des quais, apprécié un point de vue sur l’autre rive puis nous sommes remontés pour visiter les jardins qui bordent le super bock Arena (où se balade librement coqs et paons).

À notre retour à l’hôtel, après une petite glace bien sûr, nous avons pris connaissance de notre chambre : bruyante à souhait, humide, et avec une couverture souillée (par un homme que je baptise Joâo en référence à notre steward). Nous dînons dans un petit snack collé à l’hôtel, faute de trouver une table dans le restaurant qui nous avait tapé à l’œil plus tôt dans la journée. 

Jour 2 : Promenade et shooting au Nord de Porto

9 km à pied -  150m de dénivelé 

Après une maigre nuit assurée par nos bouchons d’oreille et notre masque de nuit, nous avons pris notre petit déjeuner et sommes partis en direction de la cité médiévale de Guimarães, la ville natale d'un des mariés que j'ai eu la chance de photographier en 2022. Nous avons pu arpenter ses vieilles fortifications, faire le tour des châteaux locaux et nous promener le long des jardins de la cathédrale (igreja de nossa senhora da consolação e santos passos). C’est dans ces jardins que nous avons constaté l’importance du carnaval au Portugal avec un cortège d’au moins 200 enfants déguisés qui arpentaient les rues de la ville.

Nous nous sommes ensuite rendus à Braga pour visiter le sanctuaire de Bom jesus, un lieu qui vous promet d’aller de surprise en surprise. Après avoir gravi ses magnifiques escaliers pour contempler une vue imprenable sur la ville, nous avons admiré les jardins du sanctuaire et son intérieur ornementé de dorures et sculptures. Ce fut l’occasion pour moi de faire mes premières vidéos et photos au drone afin de rendre grâce à ce lieu unique en son genre en prenant un peu de hauteur. 

Un peu plus haut, une belle surprise nous attendait avec une superbe grotte de stalactites arborée. Enfin, et pour surplomber le tout, il y avait un joli parc naturel avec un étang et quelques barques pour les voyageurs.

Bref, un spot incontournable !
C'est pour moi le meilleur spot pour y faire des photos de mariage autour de Porto !

A notre retour à Porto, nous avons encore eu la chance de nous garer sur une place de parking a 20m de notre hôtel et nous avons pu dîner dans un (très bon) restaurant situé en face de notre stationnement (restaurant qui affichait la veille une file d’attente de 15 personnes le midi et le soir). 

Jour 3 : Direction Péniche, halte à la cathédrale fantôme

10,6 km à pieds - 50 m de dénivelé

Après une seconde nuit encore plus légère que la veille grâce aux nombreux animaux nocturnes alcoolisés qui hurlent tout au long de la nuit, nous sommes partis de porto en direction de péniche (une ville côtière) avec plusieurs étapes pour jalonner ce trajet.

En premier lieu nous avons fait un arrêt à la Senhor da Pedra beach pour voir La Chapelle de Vila Nova de Gaia au bord de l’océan. Ce fut l’occasion pour moi de faire une nouvelle session vidéo et photo au drone autour de la chapelle, mais aussi du parc qui borde cette plage, un vrai plaisir pour un photographe avide de paysage et d'inspiration !

Dans un second temps, nous sommes allés du côté d’Aveiro où nous avons fait une halte pour nous restaurer, mais aussi pour s’acheter un câble USB-C pour recharger les batteries du drone (mauvais câble empaqueté lors du départ) 

Spoiler: je n’ai pas acheté le bon…

Nous en avons profité pour longer la côte de la plage de Costa nova avec ses maisons rayées et colorées, le tout avec beaucoup de vent et un peu de pluie pour gâcher la fête. Une visite un peu décevante, car nous avions placé beaucoup d’attentes dans ce village considéré comme « la Venise du Portugal » qui était illustré par de belles photos lors de nos recherches.

Avant d’arriver dans notre logement Airbnb, nous avons fait une dernière halte à Batalha pour visiter le monastère de Santa Maria da Vitoria: chef-d'œuvre d'architecture gothique manuéline classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Étant en hors saison et sur le dernier créneau de la journée (les portes ont littéralement été fermées derrière nous), nous avons eu la chance de visiter les jardins avec presque aucun visiteur, une aubaine pour faire de belles photos

Après cette visite riche en symétrie avec ses infrastructures à couper le souffle, nous avons repris la route pour arriver à la station balnéaire de péniche et son air de ville fantôme. Nous y avons trouvé un très bon restaurant où j’ai pu demander en espagnol «  comment se dit une carafe d’eau ? », une belle bourde qui a suscité l’incompréhension de la serveuse, car: 

  • La réponse est dans la question
  • Cela ne se demande pas au Portugal

Jour 4 : Obidos et les jardins de Buddha, les meilleurs spots pour son mariage !

12 km à pied - 150m de dénivelé 

Un grand et beau soleil nous a accompagnés tout au long de cette journée qui a débuté avec un trajet dans un supermarché pour acheter, le fameux câble Usb-C, mais aussi quelques courses pour arrêter notre frénésie de restaurants (les avantages du Airbnb !).

Forcément, nous avons dû faire un autre supermarché afin d’acheter la connectique en question (qui plus est, dans une boutique accolée au supermarché) puis nous sommes rentrés préparer notre casse-croûte avant de partir pour Obidos, une belle ville fortifiée aux habitations blanches qui rappellent fortement Santorin en Grèce. Une très belle étape où j'adorerais être amener à y faire des photos de mariage.

Nous avons parcouru la moitié des murailles (un bon challenge pour Laëtitia qui a affronté sa peur du vide) et nous nous sommes baladés au cœur de ce petit village typique. En bons touristes, nous avons goûté la ginja de Obidos, une liqueur de cerise a déguster traditionnellement dans un shooter en chocolat. 

Après nous être restaurés, nous sommes partis en direction de la Quinta dos loridos avec les très mystérieux jardins de Buddha (Bacalhôa Buddha Eden). C’était une surprise « monumentale » et pour cause : il y avait un nombre incalculable de monuments, de sculptures et d’œuvres d’art de toutes les cultures. 
Être photographe de mariage au Portugal est vraiment une aubaine dans ce secteur.

Des structures japonaises, indiennes, africaines, du marbre, de la pierre, des sculptures en bronze, en métal, des oeuvres récentes, anciennes… Il y avait tellement de choses au mètre carré que c’en était limite trop, on ne savait ni où regarder ni quoi prendre en photo ! Le paradis de tout bon photographe, un régal pour les yeux !

Nous y sommes restés au moins 3 bonnes heures, le temps de faire le tour de ce magnifique musée à ciel ouvert (au prix dérisoire de 5 euros!). Ces jardins à eux seuls permettraient de faire des photos de mariages sublimes et variées ou de remplir un Instagram de voyage complet tant il est riche et diversifié !
Si vous cherchez un spot pour une séance couple ou un mariage, c'est le lieux le plus intéressant pour vous !

Pour finir cette journée en beauté, nous sommes retournés à Péniche pour faire un tour sur la plage et sur la crête de Papõa avant que le soleil ne se couche. Nous avons pu profiter des derniers rayons de soleil pour faire quelques images avant la pluie annoncée du lendemain.

J’ai du faire une course poursuite effrénée (basé sur des feintes et des esquives) avec les oiseaux du littoral, car, malgré avoir mis une distance plus qu’ample pour respecter leur habitat et leur tranquillité, les oiseaux n’ont pas vu d’un bon œil de voir un drone traîner autour de leur spot favori. Après ces quelques sueurs froides, nous nous sommes fait un petit apéritif dînatoire afin de goûter le vin pétillant local gentiment offert par notre hôte.

Jour 5 : Lisboa, nous voilà !

11,5 Km à pied - 400m de dénivelé 

Il pleut. Il vente. C’est la tempête.

Cependant, quelques heures suffirent pour calmer le jeu, nous avons eu des vents violents toute la journée, mais seulement quelques averses éparses. Après un petit rangement et la préparation de notre repas, nous avons quitté notre Airbnb pour flâner quelques dizaines de minutes au bord de l’océan avant de repartir sur la route. 

En direction de Lisbonne, nous avons longé la côte avec un premier arrêt sur une plage qui nous semblait propice à quelques clichés. Nous y avons trouvé des cabanes de pêcheurs (qui servent aussi d’abris pour les voyageurs) ainsi qu’une statue de sainte vierge érigée sur un rocher attenant à la falaise.

Un peu plus loin sur notre chemin, nous nous sommes arrêtés auprès d’un bâtiment désaffecté avec son entrée pyramidale et ses deux sphinx. En moins d’une minute et après quelques clichés furtifs, un jeune homme est sorti de l’édifice en me disant de ne pas faire de photos, m’expliquant qu’ils préparaient une surprise et que le lendemain, à 2h00, ce serait une discothèque. Info ou intox, nous avons repris la route de plus belle pour nous arrêter déjeuner quelques dizaines de minutes plus tard, face à l’océan. 

Nous nous sommes dirigés vers notre premier point de vue (Praia do Giribeto) où j’ai tenté un vol de drone qui s’est révélé infructueux du fait des bourrasques atteignant très largement les 80 km/h. Après quelques clichés et un bon dénivelé dans les jambes, nous sommes partis en direction de notre deuxième point de vue et non des moindres, la Praia da Ursa : un petit coin de paradis où je rêve de faire une séance Day After (après le mariage)! 

Après une bonne heure d’escalade et de photos, je suis retourné sur la partie la moins escarpée de la plage où une jeune Allemande m’a demandé si je pouvais lui faire quelques photos avec mon appareil. Après ces quelques clichés, nous sommes remontés pour aller voir le phare sur l’autre versant de la falaise : Cabo da Roca. 

Malheureusement le vent nous empêchait toujours de faire du drone et d’exploiter le spot à son plein potentiel. Après une petite demi-heure de balade et quelques clichés, nous sommes partis sur Lisbonne pour prendre place dans notre prochain hôtel pour les 5 nuits à venir. 

Comme on se l’imaginait, le parking de l’hôtel n’était pas disponible, car complet, nous avons dû nous garer sur le parking payant en contrebas. Après une douche amplement méritée, nous sommes allés nous faire un petit mexicain (le restaurant bien sûr) avant une nuit dans une vraie literie!

Jour 6 : Une bonne randonnée dans la ville !

19,1km à pied - 180m de dénivelé

Aujourd’hui c’est la visite de Lisbonne, du moins en partie ! 

Sur la même lancée que la veille, nous nous sommes rendus sur le point de vue de « Da senhora do monte » pour surplomber la ville et profiter d’une vue à 200 degrés. Nous sommes ensuite redescendus jeter un coup d’œil au tramway 28 et nous rendre sur la grande place du commerce, là où les vendeurs de lunettes (et de haschich) alpaguent les touristes avec beaucoup d’insistance (certains sont suivis sur une 15ene de mètres!).

Une fois n’est pas coutume, nous avons rapidement longé l’océan pour tomber sur les « meilleurs pina coladas de la ville », un petit stand itinérant très sympa avec sa musique festive et son ambiance joviale. Nous avons dégusté une pina colada faite sur place avec un ananas frais mixé avec du lait de coco, des glaçons, du rhum et du sirop de sucre, le tout servi dans son enveloppe initiale en guise de récipient: une véritable dinguerie !

Après ce divin cocktail, nous avons continué de longer l’océan pour rejoindre, quelques kilomètres plus loin, le LX factory,  un joli spot photo pour un mariage industriel avec deux petites ruelles jonchées de restaurant et de boutiques en tout genre dans d’anciens bâtiments industriels. 

Nous avons fait le tour des lieux avant de rebrousser chemin avec une brève halte au Palácio das Necessidades et un arrêt à la Basilique d'Estrela pour contempler son architecture et traverser son parc attenant. Nous sommes ensuite rentrés de nos 19km de marche et nous avons fait un petit fast-food situé à deux pas de l’hôtel pour minimiser notre sortie. 

Jour 7 : Lisbonne, ses parcs et son marché aux fruits

11,1 km à pied - 40 m de dénivelé 

Avec une pluie annoncée à partir de midi, difficile de prévoir beaucoup de visite. Nous avons donc décidé de refaire un tour  dans Lisbonne en commençant par le parc collé à notre hôtel (Eduardo VII) pour rejoindre dans un second temps le Jardin botanique de Lisbonne. 

En chemin nous nous sommes arrêtés au « Estufa fria » situé juste à côté du parc Eduardo, sans aucun doute le plus beau jardin de Lisbonne, bien devant le Jardin botanique ! Totalement recouvert de boiseries, il est comme un diamant caché sous un tapis de canisse. Aménagé en plein de petits chemins en pierre, ce petit coin luxuriant donne l’impression de découvrir une forêt tropicale humide. Si vous vous mariez à Lisbonne et que vous cherchez un parc pour vos photos de mariage, c'est le meilleur spot !

À l’inverse du Jardin botanique où règnait feuilles mortes et arbre déraciné (qui coupe l’accès au chemin), ce petit bijou est une ode à la vie tant il est soigneusement entretenu. Nous avons même pu observer un canard couver ses œufs et des poules y gambader dans le plus grand des calmes.

Nous sommes ensuite redescendus pour goûter de super burgers (à un prix très abordable) à « la cultura do hambúrguer », une petit restaurant à la  décoration moderne/industrielle avec tout un tas d’ampoules en suspension. S’en suivit un tour au Time out market, une grande halle remplie de restaurants avec son grand marché aux fruits et légumes. 

Nous avons ensuite fait quelque 200 mètres pour rejoindre une rue qui a la particularité d’avoir un sol entièrement rose (et quelques parapluies en suspensions). Au détour de cette rue, j’ai pu trouver une belle boutique de chapeau et acquérir un nouveau béret avant de rejoindre le bord de l’océan pour déguster une seconde fois la meilleure pina colada de la ville (toujours un régal !).

Nous sommes remontés par la place du commerce en direction de notre hôtel, avec une petite halte gourmande, où Laëtitia a pu déguster une queijadas finas de Sintra suivi d’un délicieux pastel de nata. Arrivés à l’hôtel à 16h00, et ayant déjà fait la majeure partie du cœur historique, nous nous sommes finalement reposés, usés par la pluie qui nous a accompagnés toute la journée et par les excursions des jours précédents.

Jour 8 : Belém, Cascaís d'autres bon spots pour les photographes

14,5 km à pied - 80 de dénivelé 

Pas de repos pour les braves, aujourd’hui c’est visite et marche (pour changer).

Le ventre rempli, nous sommes partis en direction de Belém pour y voir le fameux Monastère des Hiéronymites, lieu le plus visité du Portugal. Nous avons garé notre voiture de location près du monument des combattants d’outre-mer et son musée associé pour nous rendre en premier lieu vers la tour de Belém. 

Une belle fortification très (trop) touristique que nous n’avons pas visitée, préférant flâner autour et profiter des musiciens itinérants qui ont fait chanter nos oreilles à coup de violon et de saxophone. Nous avons ensuite fait un tour devant le Monument aux découvertes, une sculpture immense qui surplombe l’océan, avant de nous rendre vers le célèbre monastère. 

Après avoir acheté nos tickets de visite, nous avons fait le tour de la visite, assez brève, car constitués uniquement d’un patio sur deux étages. Pour avoir fait, quelques jours auparavant, la visite du monastère de Batalha, j’ai été déçu. Avec un tarif presque deux fois plus élevé, nous avons fait une visite beaucoup plus restreinte (pas d’autres pièces ou endroits à visiter que le patio) pour voir une construction quasi identique, mais bondée de monde.

Nous avons ensuite visité les jardins avoisinants (Jardim Vasco da Gama, Garden of Afonso de Albuquerque) puis fait le tour du Jardin botanique tropical aménagé en jardin d’Alice aux pays des merveilles (sans y rentrer). Nous sommes ensuite retournés voir la partie gratuite du monastère des Hiéronymites puis avons fait le tour du centre culturel de Belém qui accueille de nombreuses expositions.

N’ayant pas mangé, nous sommes allés à 30 minutes de là pour déguster une glace et visiter succinctement Cascais, une petite ville très animée, fleurie, beaucoup plus sympa à arpenter que la grande capitale. À l’issue de cette gourmandise, nous avons longé la côte pour prendre en photo «  la bouche de l’enfer », une jolie excavation naturelle qui ouvre sur l’océan. Avec un vent clément, ce fut une nouvelle opportunité pour faire quelques plans au drone en descendant au niveau de l’eau pour passer par cette fameuse bouche!

Avant de repartir sur Lisbonne, nous avons fait le tour du mini-marché accolé où nous avons acheté un joli poncho pour Laëtitia. Nous ayant flairé à des kilomètres à la ronde, la vendeuse voisine (la seule touchant quelques mots en anglais) nous indique un prix de 30 euros et en informe par la même occasion sa consœur en portugais sans aucune discrétion. À force d’insistance, et, prêt à abandonner l’idée, nous avons négocié ce dernier à 20 euros, un prix somme toute raisonnable pour cet achat. 

À notre retour à l’hôtel, nous avons pris une petite douche rapide pour se rendre ensuite dans un restaurant géorgien, une première pour tous les deux. Nous y avons dégusté deux choses: du pain, du fromage (et vive la France!) dans un katchapuri et un adjarian katchapuri. Une sorte de pâte à fougasse en forme de pizza avec deux couches de fromage et un pain en forme de bateau rempli de fromage avec un œuf. Le serveur nous a par ailleurs recommandé de consommer un katchapuri moins conséquent, car amplement suffisant pour deux, nous l’avons écouté et il avait fort raison !

Jour 9 : Sintra, le joyaux de Lisbonne !

13,6 km à pied - 300 m dénivelés 

Petit déjeuné dans l’estomac, Sintra nous voilà !

Difficile d’accès en voiture selon les guides, nous nous sommes garés assez près de l’entrée du parc de Sintra sur le parking de la Chapel Santa Eufémia. Nous en avons profité pour y faire un détour rapide et profiter du point de vue de son mirador. Après une 15 ène de minutes de marche nous avons acheté nos billet pour visiter le parc et le château national de pena et ses multiples couleurs !

L’accès au parc est très sincèrement suffisant pour ceux qui veulent prendre des photos du château puisqu’il permet également de se balader librement sur les remparts du château. La visite intérieure est néanmoins très sympa puisqu’on accède à plusieurs pièces, chambres, salons, avec de multiples décorations et ameublement. Nous avons eu la chance de pouvoir faire beaucoup de photos sans visiteurs à force de patience et d’attente, et ça valait le coup ! 

Le château reste un incontournable à faire autour de Lisbonne tant il est unique par ses couleurs et sa construction atypique où tout s'enchevêtre tel un château de Lego. Nous y avons vu bon nombre de photographes et je suis convaincu que ce peut être un endroit original pour son mariage. Après avoir fait le tour du château et la visite intérieure, nous nous sommes éloignés quelque peu pour faire quelques photos et vidéos au drone.  Nous avons fait par la suite le tour complet du parc, ce qui nous a valu une bonne demi-journée de marche (6h00 au total avec le château).

Notre première étape a été un arrêt au Chalet de la comtesse d’Edla qui se caractérise par ses ornements en bois sur les façades et ses pièces d’époques aux styles variés. Nous y avons aussi gravi quelques grosses roches agglomérées avoisinantes, une occasion pour moi de tenter un vol au drone entre les rochers pour améliorer les compétences en espace restreint. 

Nous sommes ensuite partis à l’opposé du parc pour rejoindre le « high cross » sur un point de vue à 360 degrés qui promet un bon dénivelé. Sur le chemin nous avons pu profiter de jolis petits coins qui jalonnaient notre route, lacs, ponts, palmiers, de quoi se faire plaisir au drone et en photos.

Une fois le tour effectué, la journée étant pratiquement terminée, nous sommes directement rentrés à l’hôtel pour ensuite nous délecter une seconde fois du restaurant mexicain taco loco !

Jour 10 : Descente à la pointe du Portugal !

9,6 km à pied - 50m de dénivelé 

C’est le grand jour, le départ de Lisbonne pour arpenter les beaux paysages de la côte pour descendre sur Lagos où nous ferons nos deux dernières nuitées portugaises.

Notre premier arrêt prend place à quelques minutes de notre hôtel, au niveau du sanctuaire du Christo Rei, juste après le pont du 25 Avril, pour prendre ces deux édifices en photos. Nous embarquons ensuite pour 1h30 de route afin de rejoindre les plages de porto covo : praia samoqueira, praia serro da agua, praia pequena et praia do banho. Nous sommes restés dans les environs pendant deux heures, le temps de s’y balader, de prendre de beaux clichés des plages et des habitations locales, mais aussi pour faire de nombreux plans au drone (évidemment).

Après deux heures supplémentaires de route, nous nous sommes arrêtés sur la plage de Cordoama et ses imposantes falaises pour une petite demi-heure de photo et drone. À la suite de cet arrêt, nous nous sommes dirigés vers le cap Saint-Vincent, un phare situé à la pointe sud-ouest du Portugal où nous avons croisé, comme à notre habitude en longeant les plages, de nombreux surfeurs sur la plage précédent notre arrêt. Nous en avons également profité pour faire quelques clichés du fort of Santo António de Belixe situé en amont du phare. 

Malgré un ensoleillement presque terminé nous avons tout de même mis le cap vers ponta da piedade pour y tenter un arrêt. Comme nous l’attendions, le soleil s’y fit rare, nous avons donc profité de ce détour pour y faire un repérage afin de gagner du temps sur notre visite et prise de vues du lendemain. 

Nous découvrîmes ensuite l’hôtel où nous séjournerons pour les deux prochaines (et dernières) nuits. Dès la sortie de la voiture, j’apprivoise immédiatement le chat rôdant autour de l’hôtel en répondant à ses miaulements à la manière d’une discussion très animée. De ce fait, celui-ci nous suivit jusqu’à la réception et se coucha en face de la porte de notre appart-hôtel.

Nous sommes ensuite allés faire quelques courses au supermarché pour les prochains repas et petits déjeunés et découvrîmes des machines permettant de faire soi-même des pâtes à tartiner fluides, normales ou crunchy avec trois types d’ingrédients, idéal pour le lendemain matin avec quelques crêpes ! 

La petite anecdote du soir

Une fois les courses placées dans la voiture, nous traversons le parking pour y rejoindre un Burger King tant nous étions tenaillés par la faim (12h sans manger avec un petit-déj express dans l’estomac). Et la, c’est le drame, 50 minutes d’attente pour faire sortir une seule commande, un serveur seul et désemparé qui commence une commande sans la finir pour passer à une autre, se tromper dans les sandwichs et ignorer sa clientèle tant la pression le submergeait.

Pour info, les réchauds débordaient de sandwichs, toutes les commandes devaient être réalisées, le seul serveur ce soir là était malheureusement l'élément défaillant dans cette mécanique bien huilé ! Ne voulant pas le brusquer dans son désespoir, nous demandons notre ultime burger (les autres attendant sur notre plateau depuis 10 minutes) afin de finalement manger, froid, les mauvais sandwichs. 

Une petite pensée aux 5-6 autres commandes suivantes qui ont dû facilement attendre 1 heure pour une portion de frite et un burger, mais aussi et surtout à ce pauvre serveur qui a du passé la pire soirée de sa vie.

Jour 11 : Spot de rêve pour un mariage en Algarve !

9,6 km à pied - 150 m de dénivelés 

Première et seule journée autour de Lagos pour faire plusieurs plages. Nous débutons par la visite de la ponta da piedade avec personne à l’horizon. Joyaux de l'Algarve, ce spot est un incontournable pour un mariage au Portugal si vous aimez les tons chauds et les belles criques. Une petite heure de drone plus tard, de nombreuses personnes ont rejoint le site et arpente le pourtour avec nous.

Pendant environs deux heures j’ai pu crapahuter les rochers, monter et descendre les pics par le biais de passages étroits et escarpés à la recherche des meilleurs clichés. Une chose est sure, il ne faut pas avoir peur du vide et être solide sur ses appuis si on ne veut pas glisser finir 50 m plus bas ! 

De nombreuses balades en bateau sont proposées pour longer la côte et pénétrer dans les dizaines de cavités naturelles toutes plus belles les unes que les autres. Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de le faire, l’idéal aurait été de prendre un petit canoë pour en profiter un maximum, à notre rythme et en toute solitude (entre deux bateaux de touristes).

Après une pause repas amplement méritée, nous nous sommes rendus autour de Benagil et son célèbre Algar de benagil où nous avons vu un téméraire y faire un saut de base-jump. Nous avons longé consécutivement les plages de Corredoura, Carvalho (petit clin d’œil à mes futurs mariés du même nom), et Cão Raivoso, et c’était le même constat que le matin, nous aurions dû prévoir une journée entière et un canoë pour visiter les nombreuses grottes, arches naturelles et plages paradisiaques. 

En parlant de grotte, avant d’atteindre le point de vue suivant sur les arches naturelles, j’ai tenté un vol au drone des plus risqués. Une belle grotte avec une immense ouverture vers le ciel et un plus petit en amont s’offrait à nous. Déterminé à continuer d’améliorer mon skill au drone et récupérer au passage un plan fort sympathique, je me suis aventuré  au drone dans la plus petite cavité d’à peine un mètre de diamètre. 

Une fois descendus, le courant fort de la marée et l’appel d’air qu’il génère par la construction de la grotte et le retrait des vagues ont emporté d’un seul coup le drone vers l’océan. En réponse, j’ai immédiatement compensé par un mouvement en sens inverse pour éviter de toucher une roche ou le plafond, mais cela n’a pas eu l’effet escompté. J’ai pu pallier à cette aspiration, mais je n’ai pas anticipé le vent de côté qui amena mon drone à toucher le côté droit de la cavité, faisant ainsi tomber tous nos souvenirs dans une grotte inaccessible par son emplacement, sa construction et les vagues qui s’y fracassaient.  

On apprend de ces erreurs, et pour le coup, je n’ai pas assez pris en compte l’environnement en sous-estimant la force de la marée tout en ne réfléchissant pas au rapport risque/gain d’un tel vol. Fort heureusement, j’ai pu récupérer les plans de nos vacances conservées en cache. Rien de bien grave n’en soit puisqu’il s’agit que de matériel et que les conséquences auraient êtes bien plus dramatiques et fatales si j’avais chuté ou glissé dans d’autres spots. 

Nous avons donc continué notre chemin en allant sur le mirador des deux arches naturelles de Benagil, la Praia da mesquita et la Praia da Marinha avant de rebrousser chemin et rentrer à l’hôtel. Au retour, nous avons fait une petite partie de jeux de cartes avant d’aller nous réconforter dans un bon restaurant de burger!

Jour 12 : Traversée du Portugal et retour du photographe

Ça y est, c’est le grand retour, 5h00 de route au programme pour remonter jusqu’à l’aéroport de Porto après de beaux repérages qui me permette de vous conseiller les meilleurs spots pour se marier au Portugal.

Une fois les bagages empaquetés, nous avons repris la route en nous remémorant tous les bons souvenirs de ces vacances, les belles surprises du sanctuaire de Bom Jesus, de la Praia da Ursa, des jardins de bouddha, de la ponta de piedade, du monastère de Batalha, de la estufa fria, de Sintra , d’obidos et de tant d’autres beautés que nous avons pu contempler. 

photographe-couple-portugal

J'espère que ce petit récit de nos vacances vous ont plus, il me tarde d'avoir l'opportunité de refaire un article de la sorte ! En effet, cela voudra surtout dire que nous avons pu prendre le temps de profiter de nos vies, le temps d'un instant, loin de tout, à vivre notre idylle. J'ai également hâte de revenir visiter le Portugal, et aussi découvrir l'atelier de fabrication des albums de bon nombre de photographes de mariage : Dreambookspro
Il faut désormais rattaquer la saison, la photographie de mariage n'attends pas !

Si vous voulez discuter de votre mariage, des vacances, ou de tout autre chose, contactez-moi . 🙂

Contactez-moi

EN TANT QUE PHOTOGRAPHE JE VOUS ACCOMPAGNE POUR ORGANISER VOTRE MARIAGE ET VOUS OFFRE UN PLANNING DE MARIAGE SUR-MESURE.

Tél : 06 75 78 34 64
Contactez-moi